Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LIBRAIRIE MOTS ET CIE

Articles récents

Événement samedi 25 juillet...

18 Juillet 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #ANIMATIONS

Événement samedi 25 juillet...

C'est l'été chez Mots et Cie

à 18h30 le samedi 25 juillet

Arthur H sera à la librairie

pour une rencontre / signature

autour de son livre

Le cauchemar merveilleux

Espèces de petits contes

(Actes Sud)

"Remplis-toi de vent, ne tiens rien, laisse le soleil" :

​viens chez Mots et Cie !

_______________________________________________________________________________


Événement samedi 25 juillet...

A propos du l’ouvrage :

LE CAUCHEMAR MERVEILLEUX : ESPÈCES DE PETITS CONTES

Recueil de poèmes, tantôt en prose tantôt en vers, ayant pour thème la réalité du monde contemporain, ses folies et ses dérives, mais aussi l'espoir et l'innocence. Le musicien poète y évoque avec sensualité et une joyeuse insolence, le 11 Septembre, le sexe, la science, la foi, les icônes de la culture populaire et tous les emblèmes d'une société en roue libre où tout est plus ou moins sens dessus dessous. Mais derrière la violence et l'incertitude de notre monde reposent beauté, fraîcheur et innocence.

Arthur H signe là son premier recueil de textes poétiques.

Ses fans y retrouveront sans aucun doute son univers familier.

_________________________________________________________________________________

Pour commander ou vérifier la disponibilité d'un ouvrage, suivez le lien:

http://www.librairie-motsetcie.fr/

Lire la suite

Votre libraire dans La Dépêche...

15 Juillet 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2015

Votre libraire dans La Dépêche...

Mehdi Bouzoubaa, libraire passionné et passionnant

Publié le 05/07/2015 à 08:18

Mehdi Bouzoubaa, au milieu des livres de sa librairie indépendante, Mots et Cie./Photo DDM, Roger Garcia

Mehdi Bouzoubaa est un amoureux des livres qui a réalisé son rêve d'enfance : partager sa passion en ouvrant sa propre librairie dans le sud de la France.

«Le prix du livre est unique, votre libraire aussi», ou encore «Born to be a livre» sont peut-être des phrases qui vous sont familières. Si c'est le cas, vous êtes sans doute déjà passés devant la belle devanture en bois de la librairie Mots et Cie qui comporte ces inscriptions pleines d'humour. Mais avez-vous poussé la porte de cette librairie indépendante et rencontré le maître des lieux, Mehdi Bouzoubaa ? Cet amoureux des livres a installé sa librairie rue Antoine Armagnac, à l'ombre de l'église Saint Vincent il y a 10 ans.

Né à Casablanca, Mehdi Bouzoubaa a grandi dans le sud de la France et a toujours voulu ouvrir sa propre librairie : «Je ne me souviens pas d'un autre projet. J'étais un solitaire et je lisais beaucoup étant jeune. Certains deviennent auteurs, moi je voulais devenir libraire». Lorsqu'on lui demande pourquoi cette profession en particulier, Mehdi répond sans hésiter : «Pour les rencontres. J'aime partager ma passion avec les gens que je rencontre chaque jour».

Après son baccalauréat, Mehdi entreprend une licence de géographie en 1993. «Il n'y avait pas de formation directe pour devenir libraire à l'époque, alors j'ai fait autre chose», explique-t-il. En 1999, il monte à Paris pour suivre une formation en apprentissage à l'Institut national de formations des libraires, une formation presque unique en France. Il travaille alors à Virgule, une petite librairie dans le 93 dont il garde de très bons souvenirs : «On faisait tout à la main et on apprenait beaucoup plus qu'avec les systèmes informatisés». Diplômé de son école en 2001, Mehdi y a appris «tout de A à Z sur le métier de libraire, de la gestion au droit en passant par la littérature». Après avoir travaillé au secteur littérature et sciences humaines d'un grand magasin à Rosny-sous-Bois pendant trois ans, Mehdi a décidé de réaliser son rêve. «Je voulais ouvrir une librairie dans le sud. J'ai fait une étude de marché et une place était à prendre à Carcassonne», explique-t-il.

Quant au choix de l'emplacement, cela s'est fait tout naturellement. «La première fois que je suis venu ici, j'ai marché dans la rue Antoine Armagnac et j'ai vu cette magnifique devanture qui était celle d'une boutique de jouets en bois, c'était ce dont je rêvais. J'ai cherché ailleurs sans grande conviction et en appelant une agence immobilière un mois plus tard, j'ai appris que la boutique venait d'être mise en location. J'ai dit oui au téléphone», confie Mehdi. «Par le hasard des choses, j'ai ouvert en même temps que Cultura. Mais je me suis dit, ce n'est pas grave, baisse la tête et fonce». Il a eu raison. Depuis 10 ans, c'est une histoire passionnelle entre le libraire et ses clients : «Certains ont des maisons de vacances ici et viennent de Paris ou même d'Italie pour me commander des livres, dit-il avec le sourire, je mets en avant les livres et éditeurs qui me plaisent ou qui plairont selon moi aux clients. Mon seul but est que le client revienne en me disant qu'il a aimé le livre». Les clients viennent donc avant tout pour les conseils prodigués par Mehdi Bouzoubaa, épaulé par Valérie Schlée, poète travaillant également à Mots et Cie. Mais ils sont également nombreux aux rencontres du samedi, devenues immanquables. «On en a une cinquantaine par an. En commençant, je ne me suis jamais dit que je rencontrerai autant d'auteurs. Aujourd'hui, c'est le fer de lance de la librairie», explique Mehdi Bouzoubaa, avant d'ajouter : «Jje ne fais venir que les auteurs dont j'aime les livres». Suivre les coups de cœur plutôt que les succès semble bien être la marque de fabrique de la maison.

La métairie, un espace de découvertes où le temps s'arrête

Perchée sur une colline près de Montlegun, la Métairie offre une vue imprenable sur la Cité médiévale et la Bastide. Ouvert il y a un an par Thierry «Titi» Frileux, ce lieu fait parler de lui. Il s'agit d'un bar à vin mais on peut également s'y restaurer et voir des expositions ou assister à des concerts. Le libraire Mehdi Bouzoubaa nous explique qu'il a choisi de nous parler de ce lieu autant pour son cadre idyllique que pour son fonctionnement atypique (lire en encadré).

L'équipe de la Métairie s'occupe du bar à vin et elle sous-traite la restauration à des intervenants extérieurs qui changent selon les jours : du samedi au mercredi c'est brochettes et frites, le jeudi c'est fish & chips, et le vendredi c'est l'ostréiculteur Stéphan Jacquet qui propose ses produits de la mer.

La Métairie fait également dans la culture en organisant fréquemment des expositions et des concerts de styles variés. Jazz, musique orientale… Il y en a pour tous les goûts ou presque.

Cet été, l'établissement met également à l'honneur les artisans locaux. Ainsi, tous les mardis de 19 heures à 23 heures en juillet et en août , la Métairie accueillera le P'tit marché des créateurs. Cet événement est lancé par les gérants du magasin Georges et Lili, qui sont également à l'origine du marché des créateurs à Pezens. Bar à vin, restaurant, espace de concert et surtout de découvertes, les mots ne manquent pas pour décrire la Métairie.

La Métairie, 3 chemin de Montlegun, Carcassonne. Ouvert tous les jours en saison de 18 heures à 1 heure du matin.

Des concerts dans un cadre idyllique

C'est à l'occasion d'un concert que Mehdi Bouzoubaa a découvert la Métairie. «Mes amis m'ont proposé d'aller à un concert de Oud, un instrument oriental. Je me suis retrouvé dans un lieu à l'atmosphère incroyable avec une vue magnifique. On a l'impression que le temps s'y arrête», nous raconte le libraire. «Ouvrir une librairie là-bas serait top, ajoute-t-il, mais je ne quitterais mes locaux pour rien au monde».

Mots et cie fête ses 10 ans

Depuis son ouverture en août 2005, cette librairie indépendante connaît un succès grandissant avec des clients fidèles. Même la révolution numérique ne l'a pas ébranlée, ce dont son propriétaire est fier : «Nous conservons une forte tradition du livre papier en France», explique-t-il. Pour fêter les 10 ans de la librairie, Mehdi Bouzoubaa organisera une fête du 9 au 12 septembre. Au programme : une journée jeunesse, la présence d'un éditeur en sciences humaines, et des lectures par le groupe du théâtre Ze Regalia, parmi beaucoup d'autres choses. Mehdi est également en train de préparer une table-ronde intitulée «10 ans de découvertes». Lorsqu'on lui demande son plus gros coup de cœur en littérature, il répond sans hésiter «Alamut», de Vladimir Bardot, un livre qu'on vous laisse le soin de découvrir.

Solène de Larquier

Lire la suite

LES MOTS DU LIBRAIRE - juillet / août

11 Juillet 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2015

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

VOS LECTURES D’ÉTÉ



L'été tant attendu est là !

Et l'été, en plus de bronzer, on rêve de se plonger dans les livres qu'on n'a pas eu le temps de lire pendant l'année.

Voici une liste pour vous aider à choisir celui qui sera le rayon de soleil de vos journées parce que le plaisir… ça se partage !

________________________________________________________________________________

Pour commander ou vérifier la disponibilité d’un ouvrage :

http://www.librairie-motsetcie.fr

_________________________________________________________________________________

LITTERATURE

L'odeur du papier, le bruit des pages, la musique des phrases…

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LA COULEUR DU LAIT

Nell Leyshon

(Phébus)

Vie ordinaire de domestique au 19ème siècle en Angleterre. Mary, 15 ans, entame le tragique récit de sa courte existence. Petite dernière de quatre filles,un peu handicapée, sa famille voit en elle un fardeau. On l’envoie chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse. Elle va y découvrir lecture et écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation, car les maîtres restent des maîtres et les serviteurs des serviteurs.

Un livre bouleversant qui résonne encore longtemps une fois refermé.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE PUITS

Yvan Repila

(Denoel)

Deux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d'un puits de terre, au milieu d'une forêt. On ne sait ni pourquoi, ni comment ils se sont retrouvés au fond de cette cavité. Ils tentent de s’échapper, sans succès. On suit pendant des jours et des jours la lente et terrifiante dégradation de leur corps, de leur esprit. Jour après jour, le Petit s'affaiblit. Pour sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie.

Une fable brutale et cruelle mais pleine d'espoir. Rare !

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

AMOURS

Leonor Recondo

(S. Wespieser)

1908. Dans le huis-clos d’une maison bourgeoise vivent Anselme, notaire et Victoire, son épouse qui s’ennuie ferme ( Là s'arrêtent les soupçons de Bovarisme !). Anselme satisfait ses pulsions sexuelles en violant Céleste, la jeune bonne. Victoire, elle, s'éprend peu à peu de la bien nommée Céleste. Face à la violence des hommes, Victoire et Céleste font peu à peu l'apprentissage de ce que les conventions sociales et religieuses tiennent à distance : le corps.

Un roman fort où barrières sociales et convenances explosent laissant la place à la ferveur d’un sentiment qui balayera tout….

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

MEURSAULT CONTRE ENQUÊTE

Kamel Daoud

(Actes Sud)

Oran, au fond d'un bar, Haroun, un vieil homme, soliloque. C’est le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Étranger (Camus). Il relate sa version des faits, raconte l’envers du décor, rend son nom à son frère, figure niée de la littérature. Il s’empêtre dans son récit, délire, ressasse ses souvenirs, peste contre l’Algérie, n’épargne personne. Son obsession est que « l’Arabe » soit reconnu. L’entreprise n’était pas facile mais de doubles en faux-semblants, les échos qui se répercutent d'un livre à l'autre sont très subtils.

Traité façon roman policier, c’est un ouvrage vertigineux !

Prix Goncourt du Premier Roman 2015

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

AMERICANAH

Chimamanda Ngozi Adichie

( Gallimard)

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze. Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?

Des aventures hautes en couleur entre condition noire au Nigéria et aux USA où l’auteur fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d’immigrant.

Présent, passé, tristesse, drôlerie, une saga impossible à lâcher !

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE VEILLEUR DU JOUR

Jacques Abeille

(Le Tripode)

Bienvenue à Terrèbre capitale de l'Empire, ville d'exilés et de déracinés hostiles. Barthélemy Lécriveur, un homme sans mémoire et sans passé, venu du pays des Hautes Brandes, se voit dès son arrivée contraint de limiter ses repas en attendant de trouver un emploi. Aidé par une servante dont il s'éprend et par un aubergiste bienveillant, il devient gardien d'un entrepôt pour une mystérieuse association d’archéologues. Il va alors découvrir que l’édifice est le temple d’une civilisation disparue.

Un voyage dans un monde fantastique et onirique.

_______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE CAILLOU

Sigolène Vinson

(Le Tripode)

Histoire d’une jeune femme qui voulait devenir un caillou. Mais pourquoi? C’est à la mort de Monsieur Bernard, son vieil et énigmatique voisin que la narratrice décide de partir sur ses traces en Corse du sud où celui-ci se rendait plusieurs fois par an.

D’ailleurs, qu’est-ce qui la retiendrait à Paris, sinon ce client du bar où elle travaille, dont elle est secrètement amoureuse ?

Un roman drôle et désespéré, inventif et qui nous met face à nos angoisses les plus profondes.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

PALMIRO

Luigi Di Ruscio

(Anacharsis)

Auto­biographie picaresque où l’auteur orchestre dans sa ville natale une comédie humaine à l’italienne, peuplée de figures burlesques, tragiques et tendres qui se passe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, galerie de portraits qui naît de la confusion politique de l'Italie des années 1940, déchirée entre fascisme, troupes américaines et allemandes.

Tout est vivant, bruyant et coloré dans ce roman picaresque, tragique et burlesque à la fois.

_______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

SAINT JOHNSON

W.R. Burnett

(Actes Sud)

Roman qui s’inspire d’un épisode de l’histoire de l’Ouest, le règlement de compte à OK Corral

(1881) qui oppose le clan Earp à la famille Clanton à Tombstone dans l’Arizona.

Wayt Johnson, propriétaire du saloon, marshal rêvant de devenir shérif, n’a qu’un idéal : celui de faire régner la paix et l’ordre dans cette bourgade de l’Arizona, à commencer par l’interdiction des armes. Sur fond de luttes de pouvoir, une querelle légendaire éclate entre deux clans, les Johnson et les Northrup. Qui imposera sa loi ?

Un western sobre, efficace et haletant.

_________________________________________________________________________________

_________________________________________________________________________________

POCHOTHEQUE

Du bonheur… plein les poches !

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LA PETITE COMMUNISTE QUI NE SOURIAIT JAMAIS

Lola Lafon

(Babel Actes Sud)

Montréal 1976. Les Jeux Olympiques révèlent la jeune gymnaste Nadia Comaneci, reine de l’air à la volonté de fer, véritable icône qui révolutionnera la gymnastique. Pourtant, la suite fut un grand gouffre : l'anonymat, après avoir été déchiquetée par ceux qui la portèrent aux nues.

Entre biographie poétique et texte objectif, ce roman oppose la dictature communiste d'hier et l'asphyxie capitaliste d'aujourd'hui. Une prison pour une autre.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

KINDERZIMMER

Valentine Goby

(Actes Sud)

Le roman s'ouvre sur le récit que fait Mila à des élèves pour témoigner des horreurs de l'histoire. Elle a 22 ans en 1944 quand elle arrive à Ravensbrück, le camp de femmes. Enceinte, son enfant naît dans la Kinderzimmer, pièce des nourrissons, point de lumière dans les ténèbres où les femmes perpétuent la vie malgré tout.

Un roman bouleversant qui éclaire des ignorances historiques.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

REPARER LES VIVANTS

Maylis de Kerangal

(Folio)

Retour d'une session de surf, trois lycéens sont victimes d'un accident de la route. Simon, blessé à la tête, est déclaré en état de mort cérébrale. Ses parents sont confrontés au dilemme du don d’organes. Comment peut-on accepter de donner un organe de son enfant mort ? Le récit tisse les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures dans le parcours de son coeur et les étapes de la transplantation qui va bouleverser de nombreuses existences.

Un roman éblouissant où le cœur reste malgré tout le symbole de l’amour.

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LETTRE A HELGA

Bergsveinn Birgisson

(Points Seuil)

Islande 1997. Bjarni Gislason, qui sent sa fin proche (il flirte avec les quatre-vingt-dix ans), écrit une longue lettre à Helga, la femme qu’il n’a cessé de désirer toute sa vie mais à laquelle il a dû renoncer. Déclaration d’amour passionnée, hymne à la terre et au mode de vie rural, cette lettre est pour l’ancien éleveur de brebis l’occasion de s’interroger sur les raisons qui poussent un homme à faire la sourde oreille au doux appel de l’amour.

Lyrisme et de poésie dans cette histoire déchirante mais en aucun cas larmoyante.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

L’HOMME QUI SAVAIT LA LANGUE DES SERPENTS

Andrus Kivirähk

(Le Tripode)

Estonie, XIIIe siècle. Dans une forêt vit une population "païenne" qui connaît le langage des bêtes. Leemet, le narrateur, a appris cette langue tout jeune. Mais l'attrait de la nouveauté incite les habitants de la forêt à s'installer au village voisin où les étrangers « chrétiens » ont apporté des innovations incroyablement modernes. Une fois installés, ils oublient tout de leur ancien mode de vie et adoptent des habitudes d’une absurdité consternante. Leemet comprend qu'il sera le dernier à parler la langue des serpents.

Un conte iconoclaste pour dénoncer bêtise et fanatisme.

______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

TERRE DES AFFRANCHIS

Liliana Lazar

(Babel)

La vie d'un village sous Ceausescu: meurtres, soupçons, méfiance entre les gens. Le meurtrier, créature de 100 kilos, bûcheron dont les mains tuent quand elles croient étreindre se cache sous les toits de sa mère pour échapper à la police. Il tente de se racheter une bonne conduite en se faisant moine copiste et couvre des cahiers entiers de textes religieux interdits, acte de résistance qui n’étouffe pas ses pulsions meurtrières.

Conte politique envoûtant et engagé, un premier roman inquiétant.

Prix des cinq continents de la francophonie 2010.

_______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

POLAR


Gravement addictif !

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

ENFANTS DE POUSSIERE

Craig Johnson

(Gallmeister)

Dans le Wyoming, le sherif Walt Longmire, ex-Marine allergique à la violence, découvre le cadavre d'une jeune Vietnamienne ce qui va réveiller chez lui des souvenirs de la guerre du Vietnam où pour passer le temps il allait dans un bar à Saïgon pour se saouler et jouer du piano. Le récit alterné nous fait découvrir deux aspects de l’Amérique : la rurale d’aujourd’hui, bien loin des villes modernes et celle du Vietnam qui a laissé une trace profonde dans les esprits des deux camps.

Des ambiances de polar et de western, sur fond de grands espaces, un thriller remarquable.

________________________________________________________________________________

TRILOGIE GRECQUE DE PETROS MARKARIS

(Plus que jamais d’actualité !)

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

1/LIQUIDATIONS À LA GRECQUE

Petros Markaris

(Seuil)

Mort aux banquiers ! Des banquiers sont décapités par l’épée, les manifestations bloquent les rues d’Athènes, des tracts appelant les clients des banques à ne plus rembourser leurs emprunts inondent la ville. Qui se cache derrière cette campagne de publicité ? Quel rapport avec cette série de meurtres? Les investigations du commissaire Charitos, le mèneront jusqu’à un bien étrange assassin, tout en faisant découvrir au lecteur.

une Grèce criante de vérité, décrite avec une ironie mêlée de tendresse.

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

2/LE JUSTICIER D’ATHENES

Petros Markaris

(Seuil)

Grèce 2011: la crise économique s’aggrave. Certains riches vivent bien mais ne paient pas leurs impôts, grave dysfonctionnement de la fiscalité. Les pauvres sont partagés entre révolte et désespoir. À mort les fraudeurs fiscaux ! Un justicier du fisc fait pression sur les plus gros fraudeurs pour payer ce qu’ils doivent à l’Etat. Soit ils paient un important impôt de rattrapage, soit il leur ôte la vie, et comme c’est est une personne cultivée, il le fait façon Socrate, à la ciguë. Quand il s’en prend aux hommes politiques, le gouvernement s’affole.

Commentaire social et politique cinglant.

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

3/PAIN, EDUCATION ET LIBERTE

Petros Markaris

(Seuil)

Athènes 2014. La misère s’étend malgré le retour au drachme. La survie quotidienne est de plus en plus difficile et le pays va vers la ruine. Les salaires sont suspendus pour trois mois voire plus. C’est alors qu’un tueur en série jette son dévolu sur des personnalités, issues de la génération de Polytechnique, qui ont eu une carrière fulgurante. Le criminel reprend le célèbre slogan des insurgés de l’époque « Pain, éducation, liberté». Qui se cache derrière ces meurtres ?

Troisième acte du roman noir de la crise grecque, très éclairant et franchement réussi.

________________________________________________________________________________

_______________________________________________________________________________

ESSAIS

De l’agitation dans nos neurones !

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

UN ÉTÉ AVEC BAUDELAIRE

Antoine Compagnon

(Flammarion)

Deux ans après le réjouissant succès d'Un été avec Montaigne, la proposition estivale de l’auteur est de goûter “ordre et beauté, luxe, calme et volupté” en compagnie du poète. Il ne s’agit pas de vulgariser le poète des Fleurs du mal, mais plutôt de balayer lieux communs et interprétations grossières afin d'élucider le geste poétique et de mieux comprendre la pensée du poète, son rapport au monde et à son temps.

Un vrai défi relevé avec virtuosité.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE GAUCHER BOÎTEUX

Michel Serres

(Le Pommier)

Et si l’on pensait autrement qu’on le croit ? L'acte de penser ne cesse de faire le pont entre un passé fabuleux, remontant aux premiers temps du monde et la modernité messagère la plus sophistiquée. Avec ce dernier essai, Michel Serres fait le bilan du travail de toute une vie. Il réussit à décrire la façon dont il a pensé ses livres et sa philosophie depuis les débuts.

Une prose éclatante de santé, de poésie, de joie et qui s’adresse à notre intelligence.

________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

POÉSIE

Droit au cœur !

_________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

POPOÈME

Gaston Criel

( Chemin de Fer)

Âmes sensibles s’abstenir ! Le poète crie sont opposition radicale à toutes les formes de la vie en société : famille, religion, travail, propriété. Un océan de dérision, de misère y côtoie des trésors d’émotion et de tendresse. Romancier et poète salué par son siècle, son œuvre en marge et scandaleuse s’avère aujourd’hui d’une brûlante nécessité.

Son refus acharné des éléments constitutifs de la société l'ont conduit à n'être plus connu aujourd'hui que de quelques happy few… dont vous !

______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

JEUNESSE

Découvrir en s’amusant.

_______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

L’été est un bel écrin pour apprendre à mieux connaître et respecter la faune et découvrir au passage certaines espèces inconnues à travers 3 ouvrages attrayants aux éditions Gulfstream (à partir de 8 ans)

LES BETES QUI CRACHENT, QUI COLLENT, QUI CROQUENT À LA MER

Jean-Baptiste de Panafieu

Les animaux de la plage et de la mer sont classés par le type d’action désagréable qu’ils sont susceptibles de provoquer : piqûre, morsure, pincement, brûlure, etc. Chacun a droit à sa fiche d’identité sur une double-page : à gauche, un dessin très réaliste, les différents noms qu’on lui donne et quelques explications scientifiques ; à droite, trois rubriques : Pourquoi fait-elle ça ? , Utilisation (on ne fait pas que les manger), Le saviez-vous ? (anecdotes).

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LES BÊTES QUI PINCENT, QUI PISSENT, QUI PERCENT À LA CAMPAGNE.

Sophie Fauvette

Aux détours de nos chemins se cachent des animaux surprenants: ils vomissent, pincent, mordent ou bavent... Aventure garantie pour tous les curieux!

_______________________________________________________________________________

Pour commander ou vérifier la disponibilité d’un ouvrage :

http://www.librairie-motsetcie.fr

________________________________________________________________________________

Je vous souhaite un très bel été ...

pour agrémenter vos lectures !

Mehdi, le libraire

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LES BÊTES QUI SAUTENT, QUI SIFFLENT, QUI S’ÉCLIPSENT À LA MONTAGNE.

Sophie Fauvette, Benoît Perroud, Lucie Rioland

Pourquoi la salamandre tachetée secrète-t-elle un mucus blanchâtre ? Les particularités comportementales des vingt-sept animaux des montagnes présentés ici sont analysées avec précision et humour. Résolument ludique.

______________________________________________________________________________

Lire la suite

REVUE XXI numéro 31

4 Juillet 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2015

REVUE XXI  numéro 31

REVUE XXI (n. 31)

La France au village

Dans un monde devenu village, il n’y a plus la ville et les champs mais un va-et-vient permanent.

- Lucile Leclair et Gaspard d’Allens ont rencontré les nouveaux paysans venus de la ville. Ils changent de vie pour se lancer dans la terre.

- Clément Massé raconte la métamorphose d’un couple de la Vienne rurale. Trente-six ans après leur mariage, leur couple bascule.

- Michel Bessaguet et Eliane Faure ont éprouvé dans le Limousin le poids du millefeuille territorial. La vie à Pensol, petit village de 183 habitants, pourrait être si simple…

Egalement au sommaire entre autres :

►Hollywood sur Kampala. Dans la perle de l’Afrique un cinéma de la débrouille.

Reportage photo.

►Que celles qui ont été violées lèvent la main. Quand le viol est un business.

►Le mystère des 271 Picasso au fond d’un garage. Fable, mystification ou don fabuleux ?

►Les oubliés du bataillon 32. Un accident de l’histoire au pays de l’ apartheid.

►Une guerre sans trace. En Tchétchénie, critiquer c’est mourir.

______________________________________________________________________________

Si vous désirez commander ou vérifier la disponibilité d'un ouvrage, cliquez sur le lien suivant:

http://www.librairie-motsetcie.fr

Lire la suite

SAMEDI 4 JUILLET

1 Juillet 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #ANIMATIONS

SAMEDI 4 JUILLET

à 10h30

La librairie vous propose une lecture musicale et rencontre

avec

Christine Cabantous

pour la parution de son roman

"Fais un nœud à ton mouchoir" (éd. du Mont)

La lecture sera accompagnée par Marjorie Pages à la contrebasse

et

Thierry Alvarez au piano

___________________________________________________________________________

A propos du livre

Chronique de la vie paysanne entre Minervois et Montagne Noire

La narratrice adresse à l'une de ses amies un récit épistolaire dans lequel elle évoque la mémoire d'Argentières, le hameau de son enfance, au fin fond du Minervois. Elle y décrit le quotidien des paysans et retranscrit leurs anecdotes, se remémore les croyances populaires et témoigne de la fuite du temps. Des portraits lumineux d'hommes et de femmes servis par une plume délicate et poétique vont éveiller en chacun de vous les souvenirs de l'enfance, de lieux et d'une ruralité maintenant disparue.

Un important travail de mémoire de notre patrimoine.

Lire la suite