LIBRAIRIE MOTS ET CIE

Articles récents

L'hirondelle avant l'orage

16 Mai 2009 , Rédigé par Le libraire Publié dans #LES VALEURS SÛRES

                  L’HIRONDELLE AVANT L’ORAGE

                                   Robert Littell

     
                                                 (Baker street)

  


Histoire véridique d’un poème tragique au temps de Staline


Le titre original « The Stalin Epigram »  paraît plus adapté pour ce roman qui nous parle du poème dans lequel le célèbre poète Ossip Mandelstam osa défier le  terrible Staline. En effet, celui qui n’écrit pas selon les règles du réalisme socialiste est condamné à se taire. Pour échapper à ce mutisme, certains acceptent de rejoindre Staline, d’autres, comme Mandelstam, au contraire, ne se résignent pas et continuent de risquer leur vie en composant des poèmes à charge contre le chef du Kremlin. Ce poème signera sa perte, lui coûtera d’abord l’enfermement, puis un premier exil de 3 ans, puis 5 ans de travaux forcés  en Sibérie où il mourra de froid et d’épuisement en 1938.

Dans ce roman choral, témoignages, souvenirs, aveux se font au travers de sept voix – celle de sa femme  Nadejda, de l’amie Anna Akhmatova ou celle du garde du corps de Staline – qui témoignent d’une époque, restituant avec talent le climat angoissant et ressuscitant les protagonistes de la fin de vie du poète.

 

Avis du libraire : Robert Littell retrace le calvaire du poète et, à travers lui, les souffrances de tout un  peuple soumis à la terreur imposée par Staline. Un livre passionnant.

Lune captive dans un oeil mort

19 Avril 2009 , Rédigé par le libraire Publié dans #LES VALEURS SÛRES

                  LUNE CAPTIVE DANS UN OEIL MORT

                                   Pascal Garnier

                (Zulma)

 

Comment l’image d’Épinal du paradis sur catalogue se transforme en enfer.

 

On leur a vendu une fin de vie idéale au soleil : des maisons confortables dans une résidence à la sécurité absolue avec piscine et club-house, animatrice qui organisera leurs loisirs, et tout ça au soleil dans le sud de la France, le bonheur quoi !

Ils se sont laissés convaincre, ils ont quitté leur grise banlieue pour ce petit « paradis » et voici, Martial et Odette en pionniers des « Conviviales », un bunker ensoleillé, avec villas individuelles toute neuves. Ils n’ont plus qu’à se laisser vivre.

Ils vont attendre patiemment l’arrivée des nouveaux. 50 maisons, cela fait du monde, mais pour l’heure, ils sont seuls, s’ennuient et regardent la pluie tomber sous la surveillance de M.Flesh, le gardien, un taiseux  peu amène. Avec le printemps, vont débarquer Marlène et Maxime, on se sourit, on s’invite mais on s’observe. Puis c’est Léa, une femme seule qui rejoint le groupe. Passées les premières fraternisations, nos cinq pitoyables héros vont se retrouver confrontés à leurs névroses, petits secrets des uns, défaillances intimes des autres. Le huis clos devient vite un shaker explosif surtout après quelques verres d’apéritif. Chacun perd peu à peu son sang-froid  quand le gardien massacre un chat à coups de pelle ou quand un orage paralyse le système de sécurité . En bref, les « conviviales » n’en ont plus que le nom. La tension va atteindre son paroxysme lorsque des nomades s’installent à proximité.

Avis du libraire : Une fable drôle et grinçante sur l’intolérance. Une mise en évidence que l’insécurité est souvent une vision de l’esprit savamment entretenue.

La pluie avant qu'elle tombe

1 Mars 2009 , Rédigé par le libraire Publié dans #LES VALEURS SÛRES

           LA PLUIE AVANT QU’ELLE TOMBE

                                 Jonathan Coe

                                         (Gallimard)

Saga familiale où toutes les vies sont étroitement imbriquées. Y a-t-il une logique qui préside à ces existences ou le hasard existe-t-il vraiment ?

Gil apprend que Rosamond, sa tante, vient de mourir à soixante-treize ans. Elle s’occupe de sa succession et  apprend qu’elle laisse à une mystérieuse Imogen,  une confession enregistrée. Gil se souvient vaguement d’avoir autrefois rencontré cette petite fille aveugle. Après des recherches infructueuses elle se résigne à écouter les  cassettes conformément au voeu de la vieille dame qui, narratrice d’un genre un peu particulier, les a  enregistrées quelques heures à peine avant de mourir.  Elle a pris tout son temps pour ces confidences, un verre de single malt à portée de main car elle savait exactement le temps dont elle disposerait . S’appuyant sur vingt photos soigneusement choisies qu’elle va décrire à Imogen, aveugle, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd’hui, l’histoire de trois générations de femmes.  Imogen, fille de Théa, petite fille de Beatrix (la cousine de Rosamond), est la résultante de leurs vies. Tant de choses se sont passées, effrayantes, heureuses, traumatisantes, parfois lumineuses avant d’être assombries. C’est ce que tente d’expliquer Rosamond à travers ces vingt photos comme les vingt étapes essentielles, qui ont fait d’elle, la petite fille puis la jeune femme …la pluie avant qu’elle tombe.

Avis du libraire : Un roman grave et poignant, tout en finesse psychologique. On ne se lasse pas d’écouter cette vieille dame encore et encore. A lire de toute urgence.

les déferlantes

1 Février 2009 , Rédigé par le libraire Publié dans #LES VALEURS SÛRES

                              LES DEFERLANTES

                                        Claudie Gallay

                                             (Ed. du Rouergue)

 

Un livre d’« atmosphère », de silences  qui enferment  lecteur et personnages dans des secrets extirpés à des  « taiseux » bousculés par la vie mais qui ne s’épanchent jamais.

Fuyant son passé et la mort de son mari, la narratrice, anciennement enseignante à l’université d’Avignon, se réfugie sur un bout de terre, en pointe du Cotentin, à La Hague où elle fait un travail d’ornithologue. Habité par quelques hommes cette terre dangereuse mais sublime,battue des vents et âpre, est son lieu de travail. Elle y étudie les oiseaux, mais aussi les habitants, leurs liens et leurs secrets. Autour de cette héroïne à bout de force qui essaie de réapprendre à vivre, il y a les habitants du village leurs liens et leurs secrets. Partageant la même maison qu’elle, il y a Raphaël, le sculpteur et sa sœur Morgane, trop liés pour une relation fraternelle normale. Au café, il y a Lili la serveuse et la Mère, petite vieille qui se consume toujours d’amour pour Théo, le père, ancien gardien du phare, qui lui n’a jamais aimé que Nan, une demi-folle. Il y a aussi Max, un peu simplet qui n’en finit pas de retaper son bateau et est amoureux fou de Morgane. C’est Lambert cet enfant du pays, qui revient après quarante années d'absence pour vendre la maison familiale, qui va  tout déclencher. Il est hanté par le drame de son enfance, le naufrage de ses parents avec son petit frère Paul dont le corps n’a jamais été retrouvé. La narratrice va alors tisser sa toile, remonter le fil de l'histoire, d'observations en questionnements, une terrible chasse au secrets va débuter chez ces « taiseux ».

 

Avis du libraire : Ne vous laissez pas impressionner par les 500 pages, ce livre est remarquable !




 

 

Un brillant avenir

30 Décembre 2008 , Rédigé par Le libraire Publié dans #LES VALEURS SÛRES

                 UN BRILLANT AVENIR

                          Catherine Cusset

                                    (Gallimard)       
       

Ce roman est le très beau portrait de  deux femmes totalement différentes mais dont les vies se trouvent mêlées car elles aiment le même homme, Alex. Helen est sa mère et Marie est sa femme.

 Ce roman va et vient entre la Roumanie des années Ceaucescu et le New York du début du XXIe siècle mêlant l’espace et le temps dans un puzzle virtuose qui fait alterner la vie des deux femmes.

Le fil conducteur c’est l’existence d’Elena, la mère, jeune physicienne roumaine qui dut se battre d'abord pour survivre puis pour imposer Jacob, l’homme qu’elle aime, à sa famille antisémite ; puis pour fuir avec lui et leur fils Alexandru,en Israël car toute carrière était interdite, à Bucarest, à l'épouse d'un juif ; puis plus tard, pour émigrer aux Etats-Unis et  recommencer une nouvelle vie à 40 ans de peur que son fils ne soit appelé à combattre pour défendre Israël.

Hélas, devenu grand, Alexandru s’éprend d’une jeune française, Marie, et Elena devenue Helen, redoute plus que tout que cette étrangère ne lui ravisse son fils, tant protégé, pour l’amener en France et ainsi briser « le brillant avenir » américain que ses parents avaient conçu pour lui.

Entre mère possessive et belle-fille à la personnalité bien trempée, la guerre est ouverte et Helen reproduit sans sourciller les erreurs de ses parents. Erreurs qui immanquablement enduisent les mêmes effets : son fils ne veut plus voir ses parents. Une situation intenable pour Helen.

Avis du libraire : D’une grande intensité narrative, ce livre est dès le début très difficile à poser.

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog