Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LIBRAIRIE MOTS ET CIE

Articles récents

Samedi 27 avril

23 Avril 2013 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2013

Fêtons ensemble la San Jordi,

fête de la librairie indépendante*

à 10:30

Lecture du livre « Vie animale »

Justin Torres (éd. Points)

par le théâtre Zé Régalia

* Mais qu’est-ce qu’une librairie indépendante ?

C’est une librairie qui n’appartient ni à un groupe commercial, ni à une chaîne. C’est un lieu où le libraire défend les livres qu’il aime, qu’ils soient dans les meilleures ventes ou pas. Il met en avant ses goûts et ses compétences. Il sait que tout peut arriver, qu’il suffit d’un geste, un jour, une heure, pour qu’un livre rencontre un lecteur. Il a vécu des embrasements inattendus ou des échecs retentissants, déjouant tous les pronostics…. Il n’est jamais mieux à sa place que dans un magasin qui ne ressemble à aucun autre, qui a son histoire, sa couleur, sa différence. Un lieu qui chérit la liberté….

Toute la journée, pour tout achat, une rose vous sera offerte.

Samedi 27 avril
Justin Torres livre le récit fragmentaire et pourtant absolu d’une enfance désaxée. Le narrateur, cadet d’une fratrie brutale et bestiale, entraîne le lecteur dans une succession de scènes mémorables : disputes violentes, fugues spontanées, effusions excessives, les sentiments n’y sont jamais stabilisés, tout peut arriver dans un « temps qui n’existe pas ». Dans un tel contexte, le « je » s’efface, capitulant face au « on » qui englobe et rassure, comme pour faire triompher l’idée qu’on ne survit pas bien longtemps seul à la marginalité et à la jungle familiale.
Un premier roman électrique, parcouru d’un réalisme éprouvant pour le lecteur, qui prend aux tripes et donne la chair de poule à la moindre occasion. Une voix singulière par tant de justesse, de rythme et de style. Pour sûr, l’un des meilleurs romans américains de ses dix dernières années.
Voir les commentaires

Rêves d'enfant...

22 Avril 2013 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2013

Rêves d'enfant...

BABY LOVE

Joyce Maynard

(Philippe Rey)

Rêves d’enfants ?


Fin des années 1970 aux Etats-Unis. Elles sont quatre adolescentes, entre 16 et 18 ans dont la vie tourne autour de la maternité. A l'âge où elles devraient s'amuser, penser à l'université, les responsabilités d'être mère ont balayé tout le reste. Sandy, mariée à un paumé de 19 ans à qui ce rôle imprévu de père est totalement étranger, se sent reconnue et importante dans son rôle de mère et d’épouse même si elle pense parfois aux études qu’elle aurait pu faire. Tara, produit d’une famille désunie, élève seule son enfant, tout comme Wanda qui aime toujours autant faire la fête malgré son bébé de 3 mois mais qui ne peut plus sortir autant qu’avant. Quant à Jill, elle est encore au lycée, elle est toute excitée d’être enceinte ce qui lui confère une importance nouvelle mais elle ne sait pas comment l’annoncer à ses parents. La petite ville où elles habitent va connaître quelques changements et notamment la venue de deux femmes en mal d’enfant qui va faire basculer la vie de ces gamines.

Avis du libraire : Un roman touchant et dérangeant qui se lit d’une traite

.

Voir les commentaires

Les feux de ...l'enfer!!

13 Avril 2013 , Rédigé par Mots et Cie Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2013

                                                 IMPURS

                                                          David Vann

                                                                       (Gallmeister)

impurs.jpg 

 

 

 

 

 

 

De l’influence de Siddhartha sur les relations familiales.

 

1985, au cœur de la fournaise Californienne. Galen est un jeune homme de vingt-deux ans, qui vit toujours avec sa mère dans la vieille demeure familiale, une mère qui étouffe son fils d’un amour oppressant et qui pour le garder près d’elle prétend qu’elle ne peut pas lui payer l’Université. Galen ne sort pas de chez lui, son livre de chevet c’est Siddartha et son refuge la méditation. Sa vie  est rythmée par les visites régulières de sa tante et de sa cousine  sexy et  allumeuse. Il y a aussi  la riche grand-mère à qui on va rendre visite régulièrement dans sa maison de retraite. Sa mémoire défaille et tout le monde convoite l’héritage. Entre l'accumulation de rancœurs des deux sœurs et l'obsession de Galen pour sa cousine, le feu est allumé. L‘auteur tisse les fils les uns après les autres, le lecteur sait que ce qui va arriver sera terrible, alors on est sur le qui-vive, on attend, on espère, on y croit à peine, on pose le livre pour se frotter les yeux, mais non, c’est bien « ça » qu’on lit. On finit par craindre le pire et …  je n’en dirai pas plus !

 

Avis du libraire ; Une maîtrise de la tension dramatique magistrale, un roman saisissant, le lecteur que je suis en est ressorti un peu sonné !

 

David Vann était venu à la librairie lors de la sortie de son premier livre Sukkwan Island 

Voir les commentaires

le poète de Gaza

8 Avril 2013 , Rédigé par Mots et Cie Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2013

                         LE POETE DE GAZA

                                   Yishaï Sarid

                                              (Babel noir)

 

le-poete-de-gaza.jpg

 

 

 

 

 

De l’influence des conflits politique sur le quotidien.

 

Un agent du contre-espionnage israélien, spécialisé dans la mise en échec des attentats suicide  se voit missionner par les services secrets pour prendre dans ses filets le chef d’un réseau terroriste palestinien. Pour cela, il doit entrer en contact avec Dafna, une romancière israélienne, pacifiste, en se faisant passer pour un jeune auteur en quête de conseils. Il doit nouer progressivement des liens d’amitié avec elle et lui proposer d’exfiltrer de Gaza son ami Hani, un poète palestinien atteint d’un cancer en phase terminale, afin de le faire soigner en Israël. En fait sa cible  c’est le fils de Hani, chef d’un dangereux réseau terroriste. Mais à mesure qu’il pénètre les vies de Dafna et de Hani, le mur de ses certitudes s’effrite. Les deux écrivains rallument en lui des sentiments étouffés par des années d’interrogatoires musclés, de tortures et d’assassinats. Il faut dire qu’habitué à la violence quotidienne, il n’a jamais fait dans la dentelle, pourtant il commence à douter, prenant petit à petit toute la mesure de la complexité de l’imbroglio israélo-palestinien et de la fragilité de ses convictions. Il poursuit néanmoins sa mission, tenu par un sens du devoir et des réflexes de soldat profondément enracinés. Mais pour combien de temps encore ?

 

Avis du libraire : Une vision aiguë de la société israélienne à travers un thriller émouvant et superbement écrit.

Grand Prix de la Littérature Policière étranger en 2011 

Voir les commentaires

Les vulnérables

2 Avril 2013 , Rédigé par Mots et Cie Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2013

                                    LES VULNERABLES

                                                    Chang-rae Lee

                                                       (éditions de l'Olivier)

 

 

les-vulnerables.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

June Han n’a que onze ans lorsque la guerre de Corée décime sa famille. Elle est sauvée par un G.I, Hector Brennan, puis placée dans un orphelinat de Corée. Elle parviendra à surmonter ces épreuves grâce à la directrice de l’institution. Quelque trente ans plus tard, June, devenue Mrs Singer, a un fils, Nicholas et à 47 ans elle mène une carrière exemplaire à New York mais elle se sait atteinte d'un cancer et elle décide d'affronter tout ce qu'elle a dû enfouir pour survivre.  Depuis la mort de son mari, ses relations avec son fils ne sont plus les mêmes. Le jour de sa remise de diplôme, le jeune homme choisit de partir en Europe pour un long voyage. Décidée à retrouver son fils, June demande à Hector, dont la vie a sombré dans l’alcool et l’auto destruction, de l’aider. Ensemble, exilée et  soldat  vont remonter les méandres de la mémoire et tenter de se reconstruire après les ravages de la guerre

 

Avis du libraire : Couvrant trois décennies d’Histoire sur plusieurs continents, voilà un roman puissant et magnifique. 

Voir les commentaires